L’ouverture

Donc, au point critique de cette expérience, l’esprit s’ouvre d’une manière qu’il est difficile de relater. Comment dire … c’est comme si vos capacités cognitives n’étaient plus limitées au « volume » de votre cerveau. Euh, même dit comme ça, cela ne semble pas vouloir dire grand-chose. Pour essayer d’être plus clair commençons par quelque chose que tout le monde connaît. Il arrive que lorsque l’on réfléchi, que l’on ait besoin de visualiser ou de se souvenir de quelque chose, on fasse une « projection mentale » sur son « écran intérieur ». Cette « projection » est en général à peu près équivalente à la taille d’un petit écran placé à quelques mètres devant soi. Et bien lorsque mon esprit s’est ouvert, j’avais la perception de mon « écran mental » comme illimité dans toutes les directions. Par analogie, c’est comme passer d’un simple écran de télévision au spectacle d’un film sur écran sphérique (type cinéma omnimax). C’est à la fois impressionnant et très déroutant, car pour reprendre l’exemple du cinéma sur écran sphérique, contrairement à ce dernier où il faut néanmoins tourner la tête pour réussir à appréhender l’ensemble de la scène, j’avais dans cette pensée « sphérique » une perception totale de l’ensemble sans avoir besoin de « diriger » ma pensée vers un point particulier ou un autre. De plus comme je n’avais plus ni la perception de mon corps, ni celle de mon environnement, j’avais vraiment l’impression d’être au centre de cet « espace de pensée ».

Et cette « pensée » était emplie de tout ce à quoi je m’étais intéressé pendant les années précédentes, sur la religion, la spiritualité, l’ésotérisme, la science, la physique quantique, la cosmologie, la psychologie, les relations humaines et bien d’autres choses encore. Tout cela placé comme dans un vaste puzzle ou chaque pièce trouve sa place sans anicroche, ou tout est relié à tout avec une logique parfaite. J’avais conscience de chaque partie du tout ainsi que de toutes les interactions entre chacune des parties, le tout formant une trame complexe, dynamique, indissociable et parfaite.

J’ai même eu un certain « temps » pour visualiser et appréhender une grande partie de toutes ces informations et des relations entre elles, dans la mesure où, mais là encore c’est difficile de faire comprendre cette notion, j’avais le sentiment d’être hors du temps. Ceux qui font de la sophrologie ou de la méditation peuvent avoir une idée de ce que je veux dire, mais je dis bien une idée car là encore le ressenti est totalement hors norme. D’ailleurs, je suis totalement incapable de dire combien de temps je suis resté dans cet état.

Malgré tout, je pense que ma capacité à saisir toute cette information, est restée bien en deçà de ce qu’il était (humainement) possible de faire, étant limitée par les possibilités du cerveau humain à enregistrer et à structurer une telle quantité d’informations. Et peut-être heureusement, car je pense que l’on pourrait facilement verser dans la folie face à ce maelstrom d’information et de compréhension. D’ailleurs même après le retour à la « normale », il reste très difficile de gérer cette quantité d’informations et je comprends que des personnes ayant vécu ce genre d’expérience puissent sombrer dans la psychose ou la déprime. Il m’a personnellement fallu plusieurs années pour « absorber » tout ceci.

Aujourd’hui, s’il me reste heureusement des réminiscences de toute cette information, je n’y ai malheureusement plus accès qu’au travers de mon « écran intérieur » habituel, ce qui fait que je ne peux en percevoir qu’une toute petite partie à la fois et de ce fait, j’en ressens une certaine frustration …

1872 visiteurs au total 2 visiteur(s) ce jour

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Reload Captcha